Sclérose en plaque

Définition de la sclérose en plaque

sclérose en plaqueIl s’agirait d’une maladie inflammatoire neurologique, auto-immune, évoluant de façon chronique .

La gaine de myéline qui protège les fibres nerveuses et permet la conduction rapide de l’influx nerveux est endommagée. Le ralentissement de l’influx nerveux entraine des troubles moteurs, sensitifs, sensoriels…

Symptômes variables selon la localisation de la myéline atteinte: engourdissement ou faiblesse d’un ou plusieurs membres, altération de la sensibilité cutanée, altération de la vue, vertiges, difficulté à la marche.

La maladie évolue par poussées aiguës plus ou moins fréquentes, suivies d’une amélioration et parfois de séquelles telles qu’évoquées dans les symptômes.

Pour plus de précisions vous pouvez consulter Passeport Santé.

Le mal à dit

La sclérose en plaque est une affection qui empêche d’agir, me limite, me coince de plus en plus.

  • Je ne me crois pas capable de mener une action, mais je me sens obligé d’y satisfaire. Ma paralysie me permets alors d’avoir une excuse pour ne pas mener cette action.
  • Je me déprécie par rapport à mes capacités.
  • J’ai peur de tomber et m’immobilise ou me ralentit pour ne pas aller plus loin et ne pas tomber. Les séquelles ont aussi pour effet d’avoir besoin d’aide, ainsi je m’accroche aux autres pour ne pas tomber.

Ici tomber s’entend au sens propre comme au sens figuré.

- Au sens propre : peur irrépressible de tomber d’une échelle, d’un toit, d’un télésiège, d’un avion…

- Au sens figuré : J’ai peur que l’on me laisse tomber, de tomber de tomber de haut, de tomber enceinte, de tomber en amour…

  • J’ai tellement peur que je veux tout contrôler, ralentir me permet de mieux contrôler ce que je vis.
  • J’éprouve de la culpabilité, du découragement, de la déception et je n’ai plus le courage d’avancer dans ma vie.

Les bonnes questions

  • Est-ce que je me dévalorise par rapport à une action à mener ?
  • Est-ce que la sclérose en plaque me donne une excuse pour ne pas faire quelque chose ?
  • Est-ce que j’ai le gout de vivre, des buts et des espoirs ?
  • Est-ce ce que j’ai eu très peur de tomber d’une hauteur ?
  • Est-ce que j’ai peur de tomber (voir sens figuré), d’être déçu ?
  • Est-ce qu’il y a une situation où je me sens coincé ?
  • Est-ce  que j’ai peur que les choses ne se passent pas comme je veux ?

La bonne  attitude

  • Je donne un sens à ma vie.
  • Je suis doux avec moi-même
  • Je m’accorde le droit à l’erreur,
  • Je fais  ce que je veux, en accord avec moi-même et peu importe ce que les autres peuvent penser ou dire, je reprends mon libre arbitre.
  • Je lâche prise et laisse la vie me guider,
  • Je n’ai pas à montrer une image qui n’est pas moi, car je suis très bien comme je suis.

Les petites phrases magiques

  • La vie est fluide et je n’ai qu’à la laisser coulée à travers moi.
  • Je suis bien avec mes imperfections.
  • J’ai tout pouvoir sur mes actions.

Bien sur, vous pouvez en créez d’autres plus adaptée à votre situation.

Les aides physiques

Fleurs de bach :

En cas de contrôle excessif : Rock Water N° 27

En cas  de perte de gout à la vie : Gentian N° 12

En cas de peur : Mimulus N° 20

Lithothérapie (pierre) : Aventurine

Alimentation :

Privilégiez les acides gras essentiels pour réparer la gaine de myéline (huiles vierges 1ère pression à froid de colza ou d’olive), les protéines de poissons ou de viandes blanches à midi et le soir, les végétaux crus.

Evitez les céréales à gluten (blé, orge, avoine, seigle,kamut, épautre) et le lait d’origine animal, le soja, les épices en particulier le poivre moulu, les aliments acides, les exitants et drogues neurotoxiques.

Les compléments alimentaires recommandés sont le propolis, les huiles de poissons et l’huile d’onagre en gelules, le pollen de cyste, les gelules de luzerne le soir.

Et puis, en cas de difficulté pour vous mobilisez, vous pouvez aménager votre intérieur pour favoriser votre autonomie. Vous pouvez consulter votre guide des monte-escaliers Encasa Experts. Il se peut aussi que la maladie soit très peu évolutive et ne génère qu’une gène modérée. Et n’oubliez pas que vous avez un grand pouvoir en  vous : le pouvoir de guérison. En harmonisant votre  corps et votre esprit, vous optimisez votre santé.

N’hésitez pas à laisser un commentaire, les échanges sont toujours enrichissants.

2 Responses to Sclérose en plaque

  1. Pingback: Ma SEP et moi

  2. Bonjour,
    Cet article pour moi est un écho : un écho à ma pensée. En effet, j’ai écrit des articles similaires sur mon blog qui insistent sur l’aspect psychologique/comportemental de la maladie (http://www.masepmadit.com/maladie-hyperadaptabilite ou http://www.masepmadit.com/negation-de-soi-sclerose-en-plaques/) et avec l’éclairage de ma propre expérience.
    Un focus en particulier sur le goût de vivre : c’est l’élément essentiel qui précède tous les autres et le témoignage de Willy Barral en témoigne (cf aussi mon blog). Lui c’est vraiment soigner autrement !!
    Merci pour cet article je suis ravie de lire que d’autres voient les choses avec un œil similaire au mien : je me sens moins seule !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>